Trois quêtes à la fois



La forêt Hantée


Pour Paul, aller restaurer la force Mana juste après avoir été banni de son village, c’était déjà un travail éprouvant et difficile. Il avait maintenant à délivrer le petit ami d’Olivia, et devait ramener un Elfe chez lui. Répondant d’abord au voeu d’Olivia, le héros et ses deux amis partirent chez la sorcière, dans la forêt hantée. C’est là que Trivol se révéla très utile. En effet, il arrivait à détecter les oursons qui se cachaient derrière les buissons, et aucun d’eux n’arrivait à les surprendre.
Après une promenade entre les arbres, les trois marcheurs arrivèrent devant un château, au beau milieu de la forêt. En plus des ours, ils trouvèrent autour du château des loups-garous, qui semblaient vouloir garder les pleins pouvoirs sur tout ce qui vivait dans la forêt. Quand ils réussirent à entrer dans le château, les amis croyaient qu’ils pourraient se reposer, mais non ! La maison était truffée de pièges, en particulier des meubles qui attaquaient Paul, Olivia et Trivol. Les chaises leurs fonçaient dessus, les armoires ouvraient leurs portes lorsque l’un des trois amis passait près d’elles. Enfin, ils arrivèrent dans une sorte de prison, dans laquelle étaient enfermés les gardes de Tom, et Chacha, qui avait été fait prisonnier ! Celui-ci, pour les remercier de l’avoir délivré, leurs proposa des produits bénéfiques gratuitement (c’était un geste très rare chez lui, il fallait en profiter). Les trois aventuriers soignèrent leurs blessures, et partirent à la recherche de Tom, c’est-à-dire à la recherche de Sorcia, qui l’avait emmené avec elle.
Les gardes conclurent un plan d’attaque pour aider les compagnons, mais le nombre de volontaires pour faire face à Sorcia était égal à zéro. Paul et ses deux amis y allèrent donc seuls. Arrivés dans une grande salle, les combattants s’avancèrent jusqu'à une table, derrière laquelle se tenait majestueusement une vieille femme.
« -Tom ! Cria Olivia. Où est Tom ?
-Qu’ils sont bruyants, ces enfants répondit Sorcia, ils cassent tous mes meubles ! Je vais sévir ! »
Elle s’éloigna un peu du bureau et étendit ses bras autour d’elle. Apparut alors derrière Sorcia, l’air complètement paralysé, Tom. Olivia l’appela :
« -Tom !
-Inutile de t’égosiller, lui répondit méchamment Sorcia, il est sous mon contrôle. J’admets que j’ai eu beaucoup de mal à le maîtriser, il est trop puissant pour moi. Je me demande pourquoi Thanatos a choisi quelqu’un de si dur à manipuler. Enfin. Je vais le lui envoyer, maintenant. »
Elle se remit dans la position qu’elle avait utilisée pour le faire apparaître, mais cette fois, elle le fit disparaître.
« -Tom ! Cria Olivia, où l’as tu envoyé ?
-Mais chez Thanatos. Je viens de vous le dire.
-Où est Thanatos ?
-Cela ne vous intéressera plus de le savoir dans quelques temps. Et maintenant, soyez gentils, et allez nourrir mon petit Tigror ! »

Tigror

Elle disparut dans un nuage de fumée, et, à sa place, se trouva un énorme tigre, de couleur jaune, rayé de violet, garni de piquants gros comme le poing. Le félin poussa un rugissement et sauta sur une table. Il repéra les lieux autour de lui, et se prépara à attaquer. Une chaise, surprise par cet intrus, se jeta sur lui, et le tigre la renvoya d’un coup de patte. Les morceaux de la chaise éclatée tombèrent dans toutes les directions. Puis Tigror se tourna vers les trois enfants.
Olivia brandit sa hache, et Paul mit son épée en garde. L’Elfe ne paressait nullement impressionné par ce tigre. Tigror sauta sur les aventuriers. Paul mis son épée devant lui en espérant que le tigre tomberait dessus, Olivia fit un pas sur le côté, et l’Elfe courut en direction de la table sur laquelle se trouvait le félin il y avait quelques instants, de façon à passer par dessous son ennemi. Tigror tomba en effet sur la lame de l’Épée Mana, mais ses griffes transpercèrent les épaules de Paul. Ils poussèrent un cri de douleur tous les deux, et Olivia, qui était juste à côté de la tête du monstre, lui donna un coup de hache dans le cou. Le tigre en furie fit un saut de trois mètres, et, accroché à un perchoir improvisé (la poutre qui soutenait le toit), il cracha une boule de feu vers le bas.
Olivia fut échaudée par la flamme et un meuble prit feu. Trivol, sautant de la table sur laquelle il s’était hissé, s’accrocha aux poils du félin pour le faire tomber. Mais ses griffes tenaient très bien, et le tigre se retourna, regardant droit dans les yeux l’Elfe. Celui-ci voulut lâcher, mais il eut une idée. Il donna un grand coup de pied sur la tête du tigre, ce qui n’eut pour effet que de l’énerver encore plus. Il voulut cracher une boule de feu, mais l’Elfe avait disparu : il venait de se laisser tomber. Paul, qui tenait à peine assis, chargea son épée, et la lança sur Tigror. L’Épée lui explosa dessus et lui fit si mal que le félin lâcha prise, en hurlant, et en crachant une autre boule de feu qui alimenta le petit incendie qui venait de se déclarer à partir du meuble.
Trivol rebondit sur le sol, et se projeta contre les flans du tigre, qui fut envoyé droit sur le meuble brûlant (Olivia s’étonna d’une telle force dans ce petit Elfe). Contrairement à ce qu’il espérait, le tigre fut grièvement blessé et brûlé, mais résista. Il s’avança lentement vers le blessé (Paul) en reniflant. Sans armes et infirme, Paul se sentait perdu lorsque Olivia lança sa hache chargée (cette hache est magique : elle a été construite par le meilleur forgeron, et avec un marteau magique) vers le félin. Elle fit une entaille à Tigror, et s’enflamma, créant une douleur plus atroce chez le tigre qui cria et explosa.
L’Elfe et Olivia, bien que blessés, soutinrent Paul en lui faisant descendre les escaliers, après qu’il eut récupéré son arme.
« -Je ne savais pas que tu pouvais charger ta hache. » Dit Paul à sa compagne. Il avait en effet remarqué qu’une hache qui s’enflammait au contact de ses ennemis ne pouvait que être chargée. Son épée s’était d’ailleurs enflammée, lorsqu’il l’avait lancée sur Tigror. Et elle l’avait aussi transpercé. Il était normal que son épée soit doublement plus puissante, car il l’avait fait forgé avec une sphère.
« -Toutes les armes magiques se chargent, répondit-elle. »
Devant la porte d’entrée apparut la sorcière.
« -Ah ! Excusez-moi, dit-elle. Depuis longtemps, j’étudiais la magie noire, mais lors de la libération de l’Épée, les forces de la magie noire furent plus fortes que moi, et elles m’ont entraînées. Thanatos en a profité pour m’obliger à lui ramener Tom.»
Elle savait que Paul était la cause de son passage vers le côté sombre, mais elle n’avait pas l’air de lui en vouloir.
« -Je vais d’abord vous soigner, dit-elle. »
Elle écarta encore les bras, puis, de ses mains sortirent deux boules d’énergies, qui se rassemblèrent, et tombèrent entre les trois enfants. Ceux-ci se sentirent tout d’un coup beaucoup mieux.
« -Je vais vous aider, continua-t-elle. Un des palais que tu cherches est dans Gaya. C’est le palais de la Pierre. Mais il est gardé par de nombreux monstres.
-Un palais chez les nains ? Trivol, tu le savais ?
-Il y a bien une espèce d’entrée, mais il est impossible de l’atteindre : elle est entourée de lave.
-C’est celle-là, répondit Sorcia. Pour enlever la lave, il faut utiliser l’énergie d’Ondine. Je vous donne aussi le contenu de ces deux coffres. »
Elle montra aux compagnons deux coffres. L’un contenait une bonne centaine de pièces d’or, que Paul fut bien aise d’avoir, car il savait qu’il ne pourrait vivre éternellement par le soutien magique de Lucie. L’autre contenait le fouet que la sorcière avait dérobée aux soldats de Pandore. Lorsque l’Elfe le vit, il se jeta sur l’arme en criant :
« -Le fouet magiques des Elfes !
-Tu le connais ? Demanda Olivia, curieuse.
-Tous le monde le connaît ! C’est le fouet magique qu’ont offert les Elfes Magiques et les habitants de Bolet au roi de Pandore.
-Je te croyais amnésique.
-Ça ne veut pas dire que je suis un idiot ! N’importe qui pourrait le reconnaître du premier coup d’oeil !
-Si tu le dis, soupira Paul. »

Ondine

Olivia voulait toujours retrouver Tom :
« -Où est Thanatos ?
-Il se cache dans les ruines de Pandore, où il draine l’énergie des gens. Mais faîtes attention, il est beaucoup plus puissant et dangereux que moi. Il travaille pour l’Empire. Vous voulez que je vous y amène ? »
Olivia fit oui de la tête, et ils disparurent tous les trois du château de la sorcière.
Les trois combattants se retrouvèrent juste devant les ruines, au milieu de convertis qui se promenaient en silence. Olivia se jeta sur les deux gardes qui interdisaient l’entrée au temple. Les gardes l’ignorèrent, puis la repoussèrent brusquement. Ils regardaient dans le vide.
« -Ils sont maniés par Thanatos, dit Trivol, ils préféreront mourir plutôt que de te laisser passer. Je sens un contact permanent entre eux et quelqu’un de l’intérieur. Tout comme pour tous ces gens, d’ailleurs.
-Nous irons voir dans ces ruines plus tard, dit Paul. D’abord, il faudrait aller au Palais de l’Eau. Lucie connaît la magie d’Ondine. Elle pourra ouvrir la porte de Gaya. »
En arrivant au palais de l’Eau, Paul et les autres trouvèrent pleins de monstres. Il n’y avait pas de monstres autour du Palais de l’Eau, avant, pensa Paul. Et, d’un coup, il eut peur, et fonça à l’intérieur. Les autres le suivirent. Il arriva au bout, et Lucie était bien là, mais l’air très apeurée :
« -Paul ! Il est arrivé quelque chose à la magie d’Ondine qui devait protéger ce palais. S’il te plaît, va à l’est du palais, c’est là qu’elle se trouve. »
Les trois enfants sortirent, et suivirent la rivière qui entourait le palais. Ils arrivèrent devant des chutes d’eau, derrière lesquelles était cachée une grotte que Trivol découvrit, infestée de poissons menaçants. Ils s’en débarrassèrent, et entrèrent dans la salle d’à côté, pour y découvrir un saurien qui les regarda un moment, et ensuite leurs sauta dessus. Ils esquivèrent, et le martelèrent de coups d’épée, de hache et de fouet. Il ne parut pas trop souffrir.
Au contraire, il attaqua à nouveau, et encore, et encore. Les combattants l’assaillirent par tous les côtés. Au bout d’un certains temps, le saurien avait dû décider qu’il avait fini de jouer. Il se transforma en Morzar menaçant. Il attaquait avec sa langue, à coups de dents et de griffes, et sautait dans tous les sens. Paul chargeait son épée, et lui donnait encore et encore des coups. Olivia l’imitait, mais rien ne semblait lui faire vraiment mal. L’Elfe maniait le fouet comme Indiana Jones, et le faisait claquer dur sur la peau du Morzar. Il le chargeait aussi, de temps en temps.
Trivol cria un cri de joie :
« -J’ai compris ! Ce monstre peut se guérir ! Regardez ! Il y a des gouttes d’eau qui lui tournent autour ! Il faut l’empêcher de se protéger avec ça. Charger vos armes, et attaquez quand je vous le dirai. »
L’Elfe se concentra, et donna un coup de fouet sur Morzar, puis l’entraîna vers lui. Il se mit en contact avec les gouttes qui servaient de satellite au saurien. Comme s’il les aspirait, il détourna leur cours vers lui. Non seulement il fut guéri de la blessure que le Morzar lui avait faite au début du combat, mais en plus, le monstre ne fut plus protégé pendant quelques secondes. Le temps, pour lui, de reconstituer les molécules d’eau magique autour de son corps.
« Allez-y ! »
Le monstre reçut deux superbes attaques en même temps, et cria. On répéta l’opération le plus vite possible, pour qu’un nouvel anneau n’ait pas le temps de le guérir, et à la deuxième attaque, encore plus fulgurante que la première, le Morzar explosa, laissant place à une sphère d’arme. Ils pourraient faire forger le fouet ou la hache, quand ils reviendraient au hameau Nani.
Apparut alors devant eux l’esprit d’Ondine : la sirène qui était apparue entre les mains de Lucie lorsqu’elle l’avait soignée.
« -Je suis Ondine, l’esprit de l’Eau. Dit-elle. Je vous remercie de m’avoir sauvée des griffes de ce Morzar. Pour vous récompenser, je vais vous offrir ma magie. »
« Comme elle a dû le faire avant pour Lucie. » Se dit Paul.
Olivia acquit le pouvoir de guérir, celui de transformer une arme en arme magique de l’Eau durant un certain temps, et celui d’apaiser les effets du poison. Trivol eu les magies d’attaque du glaçon, celui de la pluie acide et le « pompe énergie », qui permettait de prendre de l’énergie de vie de ses ennemis pour se la donner à lui-même. Paul remarqua que tous ses pouvoirs étaient destructeurs, alors que ceux d’Olivia étaient bienfaisants.
« -Et moi ? Fit-il déçu. Je n’ai pas de pouvoirs magiques ?
-Non, dit-elle. Ton épée t’apportera plus de pouvoirs que tu ne peux en imaginer. Quand tu la manieras bien, tu découvriras ses réels pouvoirs. »
Ils passèrent au Temple de l’Eau, et Lucie les remercia. C’est seulement à ce moment qu’elle remarqua que Paul était accompagné. Ils racontèrent leurs histoires, puis partirent vers Gaya. Trivol utilisait sans cesse ses pouvoirs contre les monstres qui ne résistaient pas contre d’aussi solides attaques. De temps en temps, Olivia donnait à leurs armes sa magie, et les coups portés étaient plus destructeurs encore.

Le palais souterrain

Arrivés au Hameau Nani (sans grande difficulté, car cette fois, ils connaissaient le raccourci), les compagnons firent forger la hache, et se reposèrent un peu à l’auberge. L’ancien leur montra une petite grotte qui amenait jusqu'à un lac de lave. Trivol se concentra, et entre ses mains apparut la sirène. Elle pointa son doigt sur une sphère qui se trouvait au-dessus de la lave, en lévitation. La magie du glaçon opéra : venus de nulle part, des morceaux de glace tombèrent sur la sphère, l’entourant complètement, et ensuite, la firent exploser. La lave disparut en même temps que la sphère, démasquant une entrée. L’ancien, qui avait assisté au spectacle, leurs proposa une armée de nains, pour envahir le Palais, mais ils refusèrent. Il était inutile de mettre en danger les nains.
Dans ce palais, les mêmes sales bêtes qu’ils avaient massacrées dans la grotte qui menait au Hameau Nani étaient présentes. Mais celles-là étaient beaucoup plus dangereuses. Elles avaient des arcs, et visaient bien. Mais elles ne pouvaient résister aux attaques de l’Elfe et aux coups des armes de glace, qui étaient entretenues avec les pouvoirs d’Olivia. Les trois visiteurs n’avaient pas de plans du château, mais de toute façon, la plupart du temps, chaque salle n’avait que deux portes. On entrait par la première, et l’on sortait par la deuxième. Le chemin se traçait donc de lui-même.
Sans trop de difficultés, ils arrivèrent devant une porte. Alors qu’ils s’apprêtaient à entrer, un petit gnome apparut devant eux :
« -N’entrez pas ! Dit-il.
-Et pourquoi on n’entrerait pas ? S’énerva Trivol. On ne te demande pas ton avis !
-Il y a un monstre derrière la porte ! Continua-t-il. Il garde la Graine Mana !
-C’est justement elle qu’on cherche. Allez, on y va ! »
L’Elfe envoya le gnome hors de la porte, l’ouvrit, et s’engouffra à l’intérieur. Paul savait que les Elfes n’aimaient pas trop les Gnomes, mais il ne le savait pas à ce point-là.
Mais, Gnome ou pas, le petit homme avait raison : au milieu de la salle attendait un géant d’au moins trois mètres de haut, musclé, aux yeux de braise, prêt à leur sauter dessus. Le gnome avait disparu comme il était arrivé, et le monstre géant se leva dans toute sa grandeur. Comme il avait reconnu les autres, Paul reconnut Mégafeu, le demi—humain qui utilisait la magie et la force du feu à pleine puissance pour combattre.
Et il prouva que Paul ne s’était pas trompé, en envoyant dans toutes les directions trois énormes boules de feu, qui se dirigèrent toutes les trois sur leur cible : Olivia. Sans pouvoir les arrêter, la fille se transforma en torche vivante durant une demi seconde, puis tomba par terre, complètement évanouie à cause de cette attaque. Le monstre tourna sur lui-même, et se décomposa en plusieurs petites boules de feu qui tournoyèrent dans la pièce.
« -Il utilise la magie du Feu ! Averti Paul. Trivol, tu doit l’attaquer avec Ondine ! »
Paul alla vers Olivia pour la réveiller. Trivol attendit que le monstre se reconstitue. Lorsque la fille reprit un peu ses esprits, elle fit la magie vivifiante, et se releva, guérie. Le géant était de nouveau en une seule pièce, et menaça d’un rugissement ses adversaires. Trivol lança les glaçons, qui percutèrent Mégafeu. Celui-ci fut surprit par l’attaque, et cria une deuxième fois. Paul se jeta sur lui avec son épée chargée, et lui donna un coup explosif, en pleine tête. L’Elfe renvoya les glaçons.
Mégafeu, très résistant, se releva de l’attaque, et concentra ses tirs sur le plus dangereux : Trivol. L’Elfe se retrouva enflammé, puis le monstre lui envoya une boule de feu géante qui explosa en grand fracas à l’endroit où se trouvait Trivol. Au lieu de trouver un corps inanimé, comme l’espérait le monstre, Paul et Olivia virent l’Elfe, qui s’était protégé avec le fouet qui avait été ensorcelé par le pouvoir d’Ondine. Il réattaqua aussitôt, envoyant le pompe énergie. On vit une énorme lueur sortir de Mégafeu, et, après avoir fait quelques tours, la lueur rentra dans Trivol, qui se sentit tout de suite mieux. Sans attendre, Olivia, qui avait chargé sa hache pendant l’intervention de son ami, la lança en plein dans le ventre de leur assaillant. Comme la hache magique avait elle aussi toujours le pouvoir de la glace sur elle, au lieu d’exploser sur le monstre, elle commença à le recouvrir de glace. Mégafeu essaya par tous les moyens de l’arracher de son corps, mais il n’arrivait qu’à se faire plus mal.
Pendant qu’il se recouvrait d’eau solide, le monstre essaya une autre tentative : il se concentra, et à partir de ses entrailles, il essaya de rejeter l’arme de ses flans. Dans un effort de concentration, la hache commença à vaciller. Trivol lui refit le pompe énergie, et le géant n’eut plus la force de se défendre. Alors qu’il était presque enveloppé, il se décomposa une deuxième fois, espérant pouvoir s’échapper de sa prison sur mesure, mais c’était trop tard. Les boules restèrent coincées dans l’enveloppe.
Le Gnome réapparut, et remarqua Mégafeu coincé dans la glace.
« -Bon sang, vous l’avez eu ! » Il paraissait abasourdit que l’on ait pu battre ce monstre. Mais il reprit vite de l’assurance, et pointa son doigt dessus. Le monstre neutralisé reçut un énorme rocher tombant de nulle part, et des sortes de diamants lui transpercèrent le ventre. Le monstre explosa, comme cela semblait être la destinée de tout monstre géant battu. A la place du monstre, il ne resta que la hache, que la fille récupéra. Ils ne trouvèrent pas de sphère d’arme, comme Paul l’avait espéré, mais un passage s’ouvrit au bout de la salle. Le Gnome s’y engouffra, et les trois enfants le suivirent.

Les forces de la Terre

Paul, Olivia et Trivol se retrouvèrent dans la salle principale du Palais de le Terre : Au milieu, il y avait une pyramide, tout comme celle que Paul avait vue dans le Palais de l’Eau. En haut, il y avait une Graine Mana. En bas des marches de l’escalier qui menait en haut de la pyramide, s’était assis le Gnome, heureux comme quelqu’un qui venait de retrouver son pouvoir chez lui.
« -Bienvenue chez moi, dit-il.
-Quel culot ! Chuchota Trivol à l’adresse de ses amis. »
Il parlait maintenant d’une voix tranquille et respectueuse.
« -Mégafeu avait pris la possession du Palais de la Terre lorsque l’Épée a été retirée. Je suis heureux que vous m’en ayez débarrassé. Je suis l’esprit de la Terre.
-Lui ?! Cria dans sa tête l’Elfe. Alors qu’il n’est même pas capable de se débarrasser d’un petit importun ? C’était pourtant pas compliqué. Nous l’avons bien fait, nous ! »
Mais cet Esprit avait certainement le pouvoir de lire dans les pensées des autres.
« -Mon pouvoir est beaucoup moins grand que celui de l’Épée Mana. Mais en récompense, je peux toujours vous l’offrir. Si vous le jugez à votre hauteur. » Finit-il, en donnant un regard noir à Trivol. « Les Elfes font une véritable ségrégation en ce qui concerne les Gnomes. Il est temps que l’un de vous leurs montre ce que nous savons faire. »
Et l’esprit envoya toute sa force dans l’Elfe. Celui-ci resta figé pendant une seconde, qui lui sembla une vie entière. La sienne.
« -Je sais ! Cria-t-il. Je me souviens ! Je suis l’un des Elfes Magiques du Haut Pays ! Mon peuple est en danger ! L’Empereur les attaque.
-Que ma magie vous soit transmise, dit l’Esprit. »
Olivia et Trivol sentirent les forces de la Terre monter en eux. Olivia reçu le pouvoir de transformer une arme en arme magique de la Terre (comme pour Ondine), le pouvoir de rendre quelqu’un très rapide (magie de la vitesse), et celui de rendre plus résistant quelqu’un (magie de la défense). Trivol obtint le pouvoir de la boue et des diamants. La boue était un rocher que l’on pouvait faire tomber sur l’ennemi. Les diamants étaient des cristaux qui transperçaient l’adversaire. Ce sont ces deux techniques que le Gnome avait fait en même temps sur Mégafeu. En plus, l’Elfe obtint le pouvoir du Lierre, qui pouvait pousser à toute vitesse, pour s’accrocher aux ennemis, et les paralyser au sol.
Paul remarqua encore une fois que Trivol avait des pouvoirs destructeurs, contrairement à Olivia. Il remarqua aussi que la magie du Lierre se rapprochait un peu de la racine qui suivait Tropicallo. Et il remarqua surtout qu’il n’avait pas obtenu de pouvoirs, lui. Mais s’il posait la question, il imaginait que le Gnome lui répondrait la même chose qu’Ondine.
Après avoir scellé la graine Mana avec son épée, Paul et ses compagnons retournèrent au Hameau Nani, se reposer un peu. Trivol fit une démonstration de ses pouvoirs aux nains émerveillés, et Olivia soigna un vieillard du village, qui avait été empoisonné par une abeille géante en revenant chez lui après un long voyage. Enfin, l’Elfe leurs raconta l’histoire des Elfes Magiques du haut Pays :
« -Je fais partie des Elfes Magiques, ceux qui ont construit ce fouet. Notre pouvoir est grand, c’est pourquoi l’Empire, qui avait peur que nous le battions, a essayé de nous détruire. Notre village a été attaqué plusieurs fois, et nous les avons toujours repoussé. Mais un jour, ils ont lancé toutes leurs forces d’attaques sur le village. Ils ont simulé une inondation et j’ai été emporté. Il faut retourner au Hameau des Elfes tout de suite ! Quand l’Empire en aura fini avec nous, il attaquera le Hameau Mimi, puis conquerra Bolet. Lorsque ces trois villages seront en sa possession, tout les Hauts Pays lui appartiendront.
-L’Empire veut conquérir le monde. Seuls le désert de Kakkara, Polaira, Tasnica et Pandore ne sont pas en sa possession.
-C’est pour ça qu’il faut l’arrêter. L’Empire veut s’emparer de tout le pays de Mana ! »

Anna

Il fut décidé que les trois aventuriers partiraient pour les Hauts Pays... Dès qu’ils en auraient les moyens ! En effet, les Hauts pays ne sont que très peu accessibles. Heureusement, l’agence Canon, qui agrandit son réseau va bientôt pouvoir faire des voyages jusqu’aux Hauts Pays. En attendant ce moment, Paul voulut passer chez Lucie, mais Olivia voulait sauver Tom aux ruines de Pandore. Paul fut d’accord, et ils partirent.
A Pandore, le climat était toujours le même. Les gens se comportaient toujours aussi bizarrement. Personne ne parlait. Au milieu du chemin qui amenait aux ruines, Olivia reconnue son amie, Anna, qui se tenait debout. Elle avait des cheveux colorés en bleu clair, et l’air absent qu’ont les convertis de Thanatos. Mais Olivia parut ne pas le remarquer.
« -Anna ! Cria-t-elle en se dirigeant vers son amie.
-Salut, fit-elle. »
Olivia ne s’attendait visiblement pas à cette réponse.
« -Tom est aux ruines. Et j’y retourne, continua Anna.
-Justement, je vais le chercher !
-Non ! Cria son amie. Tu n’iras pas ! »
Et elle se mit à courir vers le temple. Les autres la rejoignirent. Ils remarquèrent qu’il n’y avait plus personne qui se promenait dans les ruines. Sauf les gardes qui étaient toujours devant la porte. Et Anna devant eux. Lorsque Olivia fut devant elle, Anna reparla :
« -Tom et moi nous nous aimons. Dit-elle, froide. Nous vivons heureux ensemble, et je ne veux pas que tu viennes nous embêter.
-Ce n’est pas vrai ! Cria Olivia. Tu mens ! Tu es jalouse !
-De toute façon, tu ne pourras plus l’approcher. »
Et sur ces mots, poussée par une force inconnue, Anna fut projetée vers l’intérieur du temple, traversant comme un fantôme les gardes et la porte d’entrée. Olivia se jeta sur les gardes avec une envie de meurtre. Elle bouscula le premier garde, mais le second se mit entre la porte et Olivia.
Bien que très en colère, elle ne perdit pas la raison, et envoya la magie d’Ondine. Elle fit aux deux gardes à la fois la magie de la guérison. Ceux-ci sortirent de l’état hypnotique dans lequel ils avaient été plongés par Thanatos. Profitant que les deux gardes se demandaient ce qui leur arrivait, Olivia et ses deux amis entrèrent dans le Temple.
L’intérieur était infesté de monstres. Non pas des monstres dangereux comme il y en avait dans le Palais de la Terre, mais des monstres zombies, fantomatiques, des monstres gluants, des esprits, tout ce qui touchait l’irréel, et la vie après la mort. Ils n’étaient pas dangereux, ou difficiles à battre. Mais les aventuriers avaient peur de toutes ces... choses.
En progressant dans le temple, les trois amis avaient de plus en plus peur de continuer. Une atmosphère contribuait à détourner leur attention de ce qui existait vraiment. Au bout d’un moment, ils tombèrent sur une grande salle, peuplée de fantômes. Ils étaient insensibles aux armes, mais pas à la magie. Il était impossible de les détruire tous à coup de diamants, ou de pompe énergie. Olivia eut donc une idée : elle donna à pleine puissance la magie de la vitesse du Gnome, à Trivol, Paul, et elle-même. Ils coururent du dix mètres seconde et passèrent à travers les rangées de fantômes. Ceux-ci leurs préparèrent des attaques magiques, mais lorsqu’ils les envoyèrent, les enfants étaient déjà dans la salle d’à côté.
Utilisant toujours la vitesse, ils continuèrent leur traversée, passant entre les zombies et les monstres rampants. Lorsque les effets se dissipèrent, ils étaient arrivés à la dernière salle : un grand hall dans lequel des gens de Pandore se promenaient. Paul reconnut Jean, mais il était lui aussi converti. Au milieu de cette salle se tenait une estrade de trois mètres environs. Les combattants montèrent dessus, pour trouver Thanatos, avec, à ses cotés, Anna. Ils savaient que c’était lui, car il se présenta :

« -Bonjour ! Je suis Thanatos. » Il avait le visage caché par un masque. Ses longs cheveux l’entouraient presque.
« -Vous allez rendre les gens comme ils étaient avant ! Ordonna Olivia.
-Ne craignez rien pour eux, répondit Thanatos. Je ne les tiendrai plus en mon pouvoir très longtemps, j’ai déjà ceux que je cherchais parmi les Pandorriens : Tom et Anna.
-Pourquoi Tom et Anna ? Supplia Olivia. Ils ne vous ont rien fait ! »
Tom se matérialisa aux côtés de Thanatos, et resta figé comme l’était Anna.
« -Tom fait partie des plans que j’ai créés. Quant à Anna, je l’ai prise pour vous piéger. Vous voyez que ça a marché. »
Olivia s’approcha de Tom et l’appela :
« -Tom, réveille-toi ! Tu ne peux pas te laisser faire !
-Sorcia le trouvait difficile à manipuler, mais je l’ai maté du premier coup ! Railla Thanatos. Il m’appartient, maintenant. Ainsi qu’Anna. J’ai des projets pour elle.
-Vous n’avez pas le droit de faire ça !
-Sachez, ma chère, que je fais ce qu’il me plaît. Mais maintenant, je dois faire ce pourquoi je vous ai amené ici. Adieu !

Faciès Mural

Des ténèbres s’abattirent sur les trois enfants. Lorsqu’elles s’apaisèrent, ils ne se trouvaient plus dans la grande salle du temple, mais dans un couloir. Et sur le mur du fond, étaient dessinés deux yeux. De l’autre côté, toujours au fond, il y avait des piquants, placés sur le mur, la pointe vers la pièce. Il ne valait mieux ne pas s’appuyer dessus. Une voix s’éleva dans la salle. Celle de Thanatos :
« -Ah ! Ah ! Ah ! Ce jour sera un grand jour ! Non seulement je possède Tom, mais en plus, j’aurai détruit le possesseur de l’Épée Mana ! »
C’est seulement a cet instant que Paul remarqua que sur le mur du fond, il n’y avait pas de dessin d’une paire d’yeux, mais qu’il y avait deux véritables yeux, qui les observaient. Et cette paire d’yeux devait constituer un monstre chargé de les éliminer. En effet, après un bref instant de fixation, un troisième œil s’ouvrit, vertical, et lança un éclair sur Trivol. Surpris, il eu à peine le temps de l’éviter. Les yeux regardèrent autour d’eux, et continuèrent à lancer des éclairs. Les cibles les évitèrent tant bien que mal, et chargeaient leurs armes, pour donner des coups sur les yeux incrustés dans le mur. Même si l’on sentait que ce monstre n’était pas insensible aux coups, les combattants virent vite que ce monstre était trop puissant pour qu’on le tue à coups d’épée.
Le mur les surprit encore : il leurs envoya des attaques magiques d’Ondine, le pompe énergie et le glaçon. Toutes ces attaques venaient de l’œil du centre. Faciès Mural continua à leurs envoyer quelques éclairs, puis commença à avancer. Lentement, il se rapprocha de l’autre mur.
« -Il veut nous écraser ! Lança Trivol. Il faut le détruire avant !
-Ne lance que des attaques du Gnome, dit Olivia. Il faut le contrer avec une magie qu’il ne connaît pas !
-Et nous on s’occupe des autres yeux, finit Paul. »
Paul et Olivia se placèrent contre le mur, juste à côté des yeux. Leurs éclairs ne pouvaient plus les atteindre. Pendant ce temps, Trivol lança attaques après attaques sur l’oeil du milieu, qui n’avait même plus le temps de riposter. Olivia redonnait quelques points de vie à ses amis grâce à Ondine, et Faciès mural commença à avancer plus vite, preuve qu’il n’avait plus tout son temps. Les coups successifs sur ses deux yeux l’emballèrent, et il fonça sur le mur de l’autre côté. Les enfants voyaient les piquants se rapprocher. Profitant que Trivol n’attaquait pas, l’œil du milieu prépara une magie. Olivia en profita, et, avec sa hache renforcée par le pouvoir du Gnome et chargée au maximum, elle porta un coup sur l’oeil qui venait à peine de finir sa magie. Pendant que Trivol se recevait des glaçons sur la tête, le mur démon explosa dans un grand fracas. La salle entière suivit. C’est comme ça que Paul remarqua que la salle entière était le monstre. Ils étaient coincés depuis le début à l’intérieur. Cette salle devait être en lévitation au-dessus de la grande salle du temple.
Car les vainqueurs tombèrent, et atterrirent sur l’estrade, pour trouver... Personne. Thanatos avait fui avec Tom et Anna. Tous les Pandorriens étaient délivrés de l’hypnose, dont Jean. Celui-ci leur proposa de retourner à Pandore, parler au roi. En effet, celui-ci fut très heureux que ses sujets soient redevenus normaux :
« -J’avais peur quand j’ai su que c’était un gamin qui possédait l’Épée légendaire. Mais maintenant je suis tranquille. Viens, j’ai quelque chose à te donner. » Le roi mena Paul à une salle contenant plusieurs coffres. « C’est pour le chevalier légendaire. Il t’appartient. »
Dans la plupart des coffres, il y avait pour une fortune de pièces d’or. Mais dans deux autres, se trouvaient deux sphères d’armes. Paul remercia le roi, et les trois compagnons et Jean partirent chez Lucie.

La graine volée

C’est en accompagnant Jean que Paul remarqua qu’il n’essayait pas de détruire les monstres sur son passage. Pourtant, il avait une belle épée, et repoussait les lapins qui l’attaquaient sans même avoir besoin de la sortir. Arrivée au Palais de l’Eau, ils trouvèrent Lucie très soucieuse : on lui avait volé la Graine Mana !
« -L’Empire ! Dit Jean. Il s’attaque déjà à Pandore ?
-Non. Répondit Lucie. Ce n’est pas lui. L’eau me rapporte que ce sont des amateurs qui veulent jouer avec le feu. Ils se sont réfugiés à Gaya. Vous devez aller la récupérer.
-Je resterai avec Lucie pour la protéger d’éventuelles attaques, dit Jean. Allez-y, et rapportez la graine au plus vite. Sans elle, le palais n’est pas protégé du tout ! »
Les aventuriers se hâtèrent donc à Gaya, et y retrouvèrent l’Ancien. Celui-ci avoua qu’en effet, il se passait des choses bizarres depuis quelques temps : en plein milieu du village souterrain Nani, avait été fait un énorme trou de nature inconnue. Personne n’avait eu le courage d’aller à l’intérieur. Il était apparu peu après que la graine fut volée. Paul et ses amis pensèrent donc que la graine avait été cachée là. Sans hésitation, ils sautèrent dans le trou. Ils se retrouvèrent sur un pont de bateau souterrain. En entrant à l’intérieur, ils trouvèrent une bande de voleurs, comme l’avait rapporté Lucie. Ils étaient trois commandés par un bonhomme appelé « boss ». Dès qu’il vit les enfants, le boss les défia :
« -Alors, voilà le chevalier légendaire ? Ah ! Ah ! Vous pensez que nous ne sommes pas des adversaires dangereux, mais vous vous trompez. Garçons, mettez la graine dans le robot. »
C’est à ce moment qu’ils remarquèrent que les « garçons » mettaient la touche finale à un robot armé de marteaux. Ils voulaient le faire marcher avec la puissance de la Graine Mana ! L’un des deux garçons plaça la graine dans le robot, qui prit soudain vie.
« -Que ce passe-t-il ? Il s’emballe ? Martofou est incontrôlable ! Au secours !
-La puissance de la graine Mana est trop grande pour un petit robot ! Expliqua Paul. »
Le boss et ses garçons s’enfuirent dans une salle à côté, et les trois aventuriers firent face au robot fou. Celui-ci tournait autour de lui-même, et donnait des coups de marteau sur ses adversaires. Les enfants étaient habitués aux monstres géants, et un robot fou n’était vraiment pas une difficulté.
Trivol envoya des attaques de la pluie acide d’Ondine (rien de mieux pour rouiller un robot). Et les autres, tout en évitant les marteaux, cabossaient la carrosserie de Martofou. Très vite, le robot fut maîtrisé. Ses yeux s’éteignirent, et les enfants purent récupérer la Graine Mana. En sortant du bateau, ils rencontrèrent encore la bande de voleurs, qui fuirent à leur arrivée. Paul, Olivia et Trivol remontèrent, et retournèrent le plus vite possible au Palais de l’Eau.
Malheureusement, c’était trop tard.

Méka

Le Palais grouillait de gardes de l’Empire. Lucie était entourée de soldats, et Jean était solidement attaché. Au milieu de tout ça, se tenait majestueusement le chef.
« —Un visiteur ! Je suis Méka de l’Empire ! Donnez-moi la graine, sinon, vos amis sont perdus !
—Ne l’écoute pas ! Cria Lucie. Si l’Empire s’empare des graines Mana, il contrôlera le monde ! »
Dans un ultime effort, Jean se concentra et brisa ses cordes. Tendant sa main vers le garde qui avait pris son arme, un pouvoir magique partit, et l’arme vola vers sa main. Tous ça n’avait duré qu’une seconde. Déjà, Jean abattait les gardes autour de lui, puis fit face à Méka. Les enfants envoyèrent des magies sur les soldats autour de Lucie.
« —Je crois que tu sous-estimes ma force, dit Méka à Jean, en sortant une épée.
—Je crois que tu fais de même, répondit-il. »
Un combat acharné commença entre les deux chevaliers, pendant que les enfants faisaient fuir les derniers soldats. D’un saut, Jean se retrouva en haut de la pyramide.
« —Envoie moi la graine, vite ! »
En effet, avec la puissance de la graine sur l’autel, Lucie retrouverait ses pouvoirs. Mais Méka s’était déjà interposé entre les deux hommes. Paul, la graine dans une main, l’Épée dans l’autre, se jeta sur Méka.
« —Non ! Cria Jean. Il est beaucoup trop fort pour toi ! »
Méka évita l’attaque de Paul, et lui arracha la graine. Il fit un saut de trois mètres, et s’éloigna de ses cinq ennemis. Il se retourna, et commença à se replier. Pour trouver Jean encore sur son passage. Cette fois, Jean avait l’avantage, Méka étant handicapé par la graine.
« —Je n’ai pas de temps à perdre avec toi, dit-il. Mais on se retrouvera bien plus tard. »
Il fonça vers la porte à une vitesse fulgurante. Jean envoya un pouvoir pour que la porte se ferme. Méka passa à travers. Il leur cria un adieu, et on entendit un bruit. D’un coup, un dragon à deux têtes fit son apparition. Paul reconnut tout de suite Double Souci, l’un des deux gardiens des Enfers. Il avait le pouvoir du Feu, alors que l’autre gardien, Hydra, un autre dragon à deux têtes, avait le pouvoir de l’Eau. En effet, ce dragon utilisait les mêmes techniques que Mégafeu. Dans le Palais de l’Eau, c’était le parfait éléphant dans un magasin de porcelaine. On l’attaqua avec la magie de l’Eau et avec l’aide de Jean, qui, même s’il n’avait pas d’armes magiques, se débrouillait très bien. C’est lui qui coupa l’une des têtes du dragon. Le glaçon coupa l’autre. Le dragon explosa après quelques attaques, laissant derrière lui une sphère.
Les enfants retournèrent au Hameau Nani pour faire forger leurs armes, prendre un peu de repos, et retournèrent au Palais de l’Eau. Jean avait déjà décidé ce qu’ils devaient faire :
« —L’agence canon s’est agrandie. Vous allez partir pour les Hauts Pays, et vous occuper du cas de Trivol. Essayez si possible d’arrêter les attaques que l’Empire porte sur les Hauts Pays, puis allez dans les autres Palais, pour sceller les graines. »

Chapitre précédent
chapitre suivant